Recruter en alternance, c’est aussi pour les petites entreprises !

L’alternance a pour objectif de combiner des phases de formation théorique et de formation pratique en entreprise pour l’obtention d’un diplôme ou une certification à visée professionnelle.

Autrefois réservée aux métiers « manuels », l’alternance a acquis ses lettres de noblesse. Ecoles d’ingénieurs ou de commerce, universités, les établissements dispensant des formations jusqu’au niveau bac +5/master 2 proposent cette formule d’apprentissage prisée à la fois des étudiants et des entreprises.

Vous vous demandez peut être si l’alternance serait adaptée à votre entreprise de petite taille, quels seraient ses avantages pour vous et l’alternant ?

La première partie de cet article est destiné à vous présenter les bienfaits de l’alternance pour votre structure, les conditions préalable à une alternance réussie, sans omettre les aides financières existantes. La seconde partie vise à vous donner des clés pour attirer l’attention des alternants sur votre entreprise.

Le printemps est la période idéale pour réfléchir au recrutement d’un collaborateur en alternance, et les bénéfices à en retirer sont nombreux pour votre entreprise !

Sommaire de l'article

Pourquoi recruter un alternant dans mon entreprise ?

Les avantages à retirer pour votre entreprise sont multiples.

Selon nous, les principaux bienfaits de l’alternance sont l’acquisition de compétences, le recrutement et la fidélisation de collaborateurs à coût réduit, ainsi que le bénéfice d’un regard externe.

Une transmission des savoirs bilatérale

Si l’objectif premier de l’alternance est d’offrir une formation à un jeune ou toute personne désireuse d’apprendre, l’acquisition des compétences peut être bilatérale.

En effet, les connaissances et les savoir-faire évoluent dans le temps et l’arrivée de l’alternant peut être une aubaine pour bénéficier d’une mise à jour des savoirs et des techniques du secteur.

L’apprentissage est donc réel des deux côtés.

Recruter, former et préparer la relève

Si l’entreprise souhaite recruter l’alternant à la fin de son contrat ou se rend compte que le besoin de compétence en interne sur le long terme est prégnant, l’alternance aura permis une montée en compétence progressive à un coût moindre qu’un salarié « classique ».

De plus, garder le jeune permet une embauche à un salaire moindre qu’un collaborateur confirmé qui « plafonnera », avec le risque d’un départ à court terme.

A noter que l’embauche d’un alternant peut aussi être un moyen pour transmettre les savoirs d’un collaborateur confirmé sur le départ (ex : retraite) aux plus jeunes générations.

Un regard neuf sur l’entreprise

Recruter un alternant est l’occasion rêvée pour recruter un profil complémentaire à ceux présents dans votre structure.

C’est par exemple le cas si vous recrutez un profil issu d’une formation ou d’une école différente de vos habitudes, ou si vous embauchez un profil plus confirmé en reconversion qui apportera la maturité acquise dans sa vie professionnelle antérieure.

La diversification des profils est l’occasion de recruter des compétences variées mais aussi de bénéficier d’un regard externe sur vos pratiques, ce qui peut être à la fois challengeant  et bénéfique à l’entreprise.

Enfin, dans une structure un peu plus étoffée, recruter un alternant peut être une façon de tester l’appétence d’un collaborateur au management avant qu’il ne se voie confié une équipe.

Les conditions à remplir pour une période d’alternance fructueuse

Que l’alternant soit embauché en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, la loi impose des conditions de base à remplir pour l’entreprise ainsi que pour le futur tuteur.

Les conditions tenant au tuteur de l’alternant

Selon le Code du travail, le tuteur ou maître d’apprentissage de l’alternant doit être majeur, remplir les conditions d’honorabilité de la profession ainsi que les éventuelles conditions de diplôme et d’expérience fixées par la branche s’il y en a (souvent pour les métiers « manuels »).

Au-delà de l’aspect légal, il nous semble essentiel que le tuteur soit animé par la volonté de transmettre ses savoirs et de prendre un apprenti « sous son aile » pour lui consacrer le temps nécessaire. Le temps et l’énergie accordés pourront être rendus au centuple par l’alternant s’il est motivé et accompagné.

Bon à savoir : un dirigeant seul membre de l’entreprise peut tout à fait être maitre d’apprentissage.

Les conditions à remplir par l’entreprise

Tout d’abord, il incombe à votre entreprise de lui accorder une formation pratique et les moyens matériels correspondant aux standards de son école ou diplôme, et à lui accorder le temps nécessaire pour préparer et passer ses examens.

Il revient aussi à l’entreprise de financer la formation du jeune et de lui verser une rémunération au niveau des seuils minimaux fixés par la loi ou votre convention collective en fonction du niveau d’études, de l’âge et du type de contrat.

L’alternance, un choix judicieux qui fait le plein d’aides financières

Sur ce point, la politique très volontariste de l’Etat en matière d’alternance permet, sous conditions, une prise en charge d’une partie non négligeable des frais suivants :

  • Frais de scolarité,
  • Premier équipement pédagogique,
  • Frais de restauration et/ou logement,
  • Mobilité européenne,
  • Formation et frais liés au tuteur.

A savoir également que la prise en charge financière est accrue en cas d’embauche d’un alternant en situation de handicap.

Outre ces aides, les contrats d’apprentissage et de professionnalisation bénéficient d’allègement de charges sociales pour l’entreprise et fiscales pour l’alternant.

A titre d’exemple, le plan « 1 jeune, 1 solution » déployé en 2020/2021 a permis le financement d’une partie substantielle de la rémunération des jeunes : jusqu’à 8000€ par jeune en formation initiale pour une année pleine de contrat !

En matière de financement de l’alternance, votre OPCO et votre conseil RH sont les acteurs de référence en mesure de vous indiquer le coût réel de l’embauche pour votre entreprise.

Comment attirer des alternants ?

Avoir mûri son projet de recrutement d’un alternant

Pour qu’il soit bénéfique à l’entreprise et à l’apprenti, le recrutement d’un alternant suppose d’avoir au préalable réfléchi avec son futur référent aux missions à lui confier en fonction des besoins de l’entreprise (un projet ? des missions « au coup par coup » ?), ainsi qu’aux moyens matériels et humains à disposition pour l’accompagner.

Ces éléments pourront s’adapter éventuellement en cours de recrutement en fonction des candidats qui postulent, de leur niveau, de leurs souhaits ou encore des exigences de l’école, etc.

A noter que l’objectif de l’alternance est d’acquérir de vraies compétences pour la vie professionnelle future. Ainsi, plus les missions sont riches, plus la formation pratique du jeune est qualitative.

Et puis, si vous envisagez à terme de concrétiser l’alternance par une embauche, il est dans l’intérêt de l’entreprise de rendre l’alternant le plus opérationnel possible.

Enfin, il est chaudement recommandé que le référent choisi pour encadrer l’alternant soit motivé à l’idée de transmettre ses connaissances, et prêt à lui accorder l’attention nécessaire.

Rédiger une offre d'alternance attractive

Une offre d’emploi en alternance bien rédigée vous permettra de mettre en lumière les avantages de votre structure et de cibler le bon public.

Par exemple, mentionner les moyens mis en œuvre pour accompagner la montée en compétences et bien détailler les missions est un bon moyen d’attirer des candidats qui souhaitent engranger des compétences opérationnelles. Ainsi, une offre claire et structurée sur ces points est susceptible de retenir l’attention de publics en formation et donc, d’augmenter le nombre de candidatures.

N’oubliez pas non plus de mentionner les petits plus qui font la différence en ayant en tête les problématiques qu’un alternant peut rencontrer : rémunération, prise en charge des frais de transports à 50% (ou plus selon le cas échéant), existence de titres-restaurants ou primes de panier, complémentaire santé, arrêt de bus ou métro à proximité de l’entreprise, évènements internes, ambiance….

Enfin, le ton de l’offre d’emploi a son importance :  un ton décalé ou chaleureux peut contribuer à accentuer votre ciblage.

En un mot comme en cent, tous les éléments de nature à aider votre futur alternant à se projeter de façon positive dans votre entreprise sont bons à mentionner, pour autant qu’ils soient fondés.

Valoriser les atouts d’une entreprise à taille humaine en entretien

Pour rivaliser avec les grandes entreprises qui ont parfois les faveurs des candidats en recherche d’expérience, vous pouvez mettre en avant lors de l’entretien les atouts votre structure :

  • un environnement « à taille humaine » : l’entreprise ne recrute pas en masse, mais un ou plusieurs apprentis qu’elle va accompagner au fil de l’eau avec un suivi personnalisé. L’apprenti aura donc un ou plusieurs référents clairement identifiés vers qui se tourner ainsi qu’un nombre de collègues limité, ce qui peut être rassurant pour une première expérience en entreprise.
  • acquérir polyvalence et autonomie : les petites structures requièrent parfois l’acquisition de savoir-faire plus larges car elles n’ont pas toujours toutes les compétences en interne. L’avantage pour l’alternant est qu’il pourra acquérir et mettre en œuvre des savoirs et savoir-faire qu’il pourra mobiliser et valoriser par la suite,
  • la possibilité d’être force de proposition : dans les TPE/PME, les process sont plus souples et il est plus aisé de proposer un nouveau procédé ou de nouvelles idées, sans passer par plusieurs niveaux de validation.

Proposer une intégration royale à l’alternant

Embaucher un alternant, c’est intégrer un nouveau salarié à part entière à la vie de l’entreprise et sa culture.

La qualité de l’accueil montre à l’alternant qu’il est « attendu » pour réaliser sa mission. Cela passe par la préparation du poste de travail avant l’arrivée, le tour des locaux et la présentation des collègues immédiats et plus « lointains », les petites habitudes (café, heures de pause, etc.)….Toutes ces petites choses qui aideront le jeune à se sentir à son aise et à performer.

L’intégration du jeune passe aussi par une phase de rodage impliquant une grande disponibilité pour le guider, répondre à ses questions et écouter ses feedbacks. Ces derniers seront précieux pour l’entreprise et l’amélioration des conditions de travail des actuels et futurs collaborateurs.

Pour conclure

Cet article visait à vous présenter les bienfaits de l’alternance, les conditions à remplir et les aides financières existantes.

Nous espérons que vous vous sentez désormais armé pour valoriser les atouts de votre entreprise et accueillir un alternant.

Dans notre prochain article, nous vous aideront à faire le choix faire entre contrat de professionnalisation et contrat d’apprentissage. Nous nous attarderons également sur les démarches administratives à mettre en œuvre et les quelques détails pratiques qui peuvent faire toute la différence !

Enfin, nous pouvons vous aider à franchir le cap dans votre entreprise et vous proposer un accompagnement global qui soit un gain de temps pour vous : relations avec les écoles cibles, appui au recrutement et démarches administratives.

Partager
Newsletter La Ressource Humaine
Vous aimez nos articles ? Abonnez-vous !
Poursuivez votre lecture :